Le journal de Gérard

Le journal de Gérard

Les leçons de sérénité de SAMY « le chat ».

Champion du sommeil et de la débrouille, indomptable, épicurien, SAMY « le chat » comme tous les félins ne cesse d’affirmer son droit au confort et au bonheur.

Ce bon vieux matou n’en fait qu’à sa tête. Vingt fois vous lui interdisez de se coucher sur le lit, vingt fois il reviendra, jusqu’à ce que vous soyez lassés d’essayer de lui apprendre les bonnes manières.

Parfois je sens que SAMY veut une place sur mon ordinateur et, malgré mes gestes de refus il s’impose et je n’ai plus qu’à céder à ses désirs. La maison est son territoire car, SAMY n’habite pas chez nous, c’est nous qui habitons chez lui. Toute la maison lui appartient, il en a exploré chaque centimètre carré. Il lui arrive même de dormir dans les endroits les plus improbables.

A chacun de mes retours de voyage SAMY inspecte mes valises d’une patte experte et, profitant d’un instant d’inattention de ma part, il s’installe dans mes bagages pour se prélasser en ronronnant.

Quand par erreur, je lui donne un ordre, il me regarde avec un air qui me dit «  Tu ne peux pas faire de moi ce que tu veux, je suis sauvage et indomptable » puis, il fait demi tour et sans va d’un pas nonchalant et souple vers un endroit plus calme de sa maison.

Quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, quand SAMY « Le chat » à faim, il le fait savoir par des miaulements incessants pour affirmer  son droit à une  nourriture qu’il choisira et ,  si par hasard le plat que nous lui servons ne convient pas , nous avons  droit  à des  miaulements de désapprobation.

Paradoxalement, SAMY est capable de nous donner des leçons de sagesse.

Quand SAMY ne dort pas ou ne traverse pas la maison à 120 km/h, il s’installe sur une table ou une chaise pour méditer aussi immobile qu’une statue. Il est silencieux, à l’affût d’une quelconque bestiole écervelée qui passerait à proximité.

Grâce à son instinct de survie et contrairement à l’homme, volontier masochiste, SAMY ne reproduit jamais deux fois une erreur qui pourrait se révéler fatale pour lui.

Après 14 ans de bons et loyaux services SAMY à fait valoir ses droits à la retraite.  Désormais les « Mus Musculus », les « Talpidae » et autres «Passeridae » (à vos dicos) peuvent vivre en paix autour de la maison. Quand une pie parfois agressive, se permet de venir manger le repas de SAMY celui-ci joue l’indifférence devant tant de sans gène.

SAMY « le chat » n’est pas un greffier solitaire, il a une copine répondant au joli nom « automobilistique » de « 106 ». Chaque matin elle est plantée devant la porte et attend un bon geste de notre part.

Contrairement aux idées reçues, « Le chat » réputé indépendant est dépendant de l’amour qu’on lui porte.

Vivre avec un chat nous élève t-il à la sérénité intérieure ? Alors, pourquoi ne laisserions-nous pas ronronner le félin qui sommeil en chacun nous ?



19/11/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres