Le journal de Gérard

Le journal de Gérard

Oyapock (Amapa) Brésil

 

Janvier , Saint Georges de l’0yapock, Guyane française, sept heures du matin, la brume et les vapeurs chaudes s’élèvent de l’Oyapock , fleuve frontière entre le Brésil et la Guyane.

L’Oyapock prend toute sa splendeur dès le lever du soleil. Le fleuve est animé de l'incessant ballet des pirogues. Les coques profilées multicolores semblent être en suspension entre deux mondes. Mes pensées vont vers un film de Werner Herzog «Fitzcarraldo» et vers cette Amazonie grande pourvoyeuse de chimères et qui ne s’apprécie que dans sa démesure.

Notre piroguier brésilien «Nùmero Vinte seis» nous fait embarquer; nous atteindrons la petite ville d’Oyapock au Brésil en 15 minutes et pour 4 €uros. 

Nous passons sous le pont qui enjambe le fleuve Oyapock. Un pont "trop loin et Ubuesque" qui unit la France et le Brésil et qui ne sert à rien. Ce pont censé rapprocher le Brésil et la France appartient à ces constructions Kafkaïenne ou à des conquêtes aussi indispensables qu’inutiles. Côté brésilien, le retard s’accumule. Le premier coup de pelle a été donné dans les années 40. Plus de soixante-dix ans de travaux, ce doit être le plus long chantier du monde. Aujourd’hui, il reste plus de 100 km de piste à goudronner pour rejoindre Macapa la capitale de l'Amapa à Oyapock.

La Cidade brasileira d’Oyapock est située dans l'état de l’Amapa aux confins du Brésil. C’est une ville où convergent toutes les misères et tous les espoirs. Elle est un passage obligatoire vers un Eldorado chimérique pour les chercheurs d’or, les prostituées, les hors-la-loi en délicatesse avec les autorités ou les laissés pour compte en quête d’une vie meilleure en Guyane.

Oyapock est une ville moyenne avec des rues en latérite. Elle n’est pas très belle mais c’est surtout un lieu d’achats frontalier où tout se vend et tout s’achète. L’ambiance Brésilienne y règne partout, la musique à fond et les odeurs de brochettes grillées arrosées  de bière ou de Cachaça, sont présentes dans toutes les rues.

Sur le trottoir d’une rue de latérite en travaux permanents et qui ne sera jamais terminée, «um mecânico de fortuna» armé d’un outillage précaire fait une réparation sommaire sur son 4x4. La pompe à eau de son pick-up a été endommagée sur une roche dépassant de la route. J’imagine le problème à Paris si, dans mon beau 4x4 j’avais touché un trottoir sur les Champs Elysées; expert, garage, immobilisation, facturation, prêt à la banque pour payer les réparations. Ici çà se règle en dix minutes pour 15 Réal  (6 Euros). 

Oyapock, c’est aussi un fleuve redoutable et magnifique avec des sauts successifs d’une beauté à couper le souffle où des singes et des oiseaux d'un été permanent s'amusent dans les branches et les lianes des immenses arbres dressés vers le ciel. Autour de notre pirogue c’est l’eau et la forêt à perte de vue et quand la pluie tropicale s’invite, c’est la fin du monde dans le décor grandiose du saut Maripa.

Jamais de ma vie je ne verrais des fleuves aussi beaux que ceux de l’Amazonie, aussi grands, aussi sauvages. Ils coulent lourdement, riches en alluvions. Les arcs en ciel relient les rives au-dessus des sauts bouillonnants. Les bouquets de bambous ploient sous leur poids semblant saluer les  pirogues lourdement chargées. Quand le soleil descend sur l'Amazonie, le fleuve continue à scintiller. Les esprits de la forêt parlent avec le vent et les arbres. La nuit descend très vite, on ne se lasse pas de la splendeur qui nous est offerte. Je reste silencieux et je songe.

 

7 janvier 2013

 

Accès direct à la galerie de photos Oyapock

 

 

 



07/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres